3e journée du WAQ : résumé des conférences

Share on facebook
Share on google
Share on twitter
Share on linkedin

C’est déjà la fin du Web à Québec! Trois jours au WAQ où notre équipe a assisté à plusieurs conférences inspirantes. Voici déjà le dernier article résumant quelques rencontres qu’a vécues Kabane!

Vers la génération de fausses nouvelles de Nicolas Garneau

 

Êtes-vous familier avec les fausses nouvelles générées par l’IA? Nicolas Garneau, étudiant au doctorat à l’Université Laval. Pour résumer l’apprentissage automatique en quelques mots : lorsque des données sont transmises à un algorithme qui réussit à poser des actions grâce à ces données.

Le conférencier a cité plusieurs exemples où les fausses nouvelles ont parfois l’air très vraies, notamment la vidéo ci-dessous.

Malgré quelques failles et limites, la création de fakes news est une réalité à laquelle il faudra faire face dans les prochains mois et les prochaines années. Avec des ressources limitées, il est possible de créer des nouvelles grâce aux modèles d’apprentissages automatiques.

Il ne faut toutefois pas oublier que pour entraîner des modèles performants, il faut un grand nombre de données et beaucoup d’argent.

 

À retenir : Comme le dirait (faussement) Barack Obama, Stay woke b*tches!

 

Rendre son équipe performante : plus simple qu’on le pense de Louis-Philippe Carignan

 

Richard Hackman, chercheur à Harvard et spécialistes des équipes, a mentionné qu’il est plus efficace de travailler seul qu’en équipe si on se fit à l’aspect du temps: le travail en équipe sera toujours plus long.

Les seules raisons de travailler en équipe :

  • Gérer la complexité
  • L’intelligence collective.
  • L’apprentissage organisationnel

Google s’est intéressé au sujet et a décidé de mettre sur pieds un groupe de recherche afin d’identifier le modèle parfait d’une équipe, le projet Artistote fut créé.

Voici les aspects qui allaient être étudiés :

  • Composition
  • Compétences
  • Niveau d’éducation
  • Personnalité
  • Expérience
  • Attitude

Constat 1 :

Les membres de l’équipe parlent à peu près dans la même proportion, un phénomène que les chercheurs ont qualifié d’égalité dans la répartition de la conversation.

Constat 2 :

Les équipes performantes étaient habiles à comprendre ce que les autres ressentaient en se basant sur le ton de leur voix, leurs expressions et d’autres indices non verbaux.

Quelle que soit la manière dont les chercheurs ont organisé les données, il était presque impossible de trouver des modèles, ou aucune preuve que la composition d’une équipe ait une influence. Toutefois deux aspects revenaient souvent : l’égalité dans la répartition de la conversation et sensibilité sociale élevée

Aucun leader ne peut rendre une équipe performante. Mais tous les leaders peuvent créer les conditions pour qu’elles le deviennent.

Ces conditions :

  • Sécurité psychologique : les membres de l’équipe se sentent en sécurité de prendre des risques et d’être vulnérables en face de leurs coéquipiers.
  • Fiabilité : les membres de l’équipe font le travail et rencontrent les standards d’excellence
  • Structure et clarté : les membres de l’équipe ont des rôles, des plans et objectifs clairs.
  • Sens : le travail est personnellement important pour les membres de l’équipe
  • Impact : les membres de l’équipe croient en leur travail et à leur impact sur les gens.

À retenir : Ce n’est pas les caractéristiques d’une équipe qui la rendent performante, mais plutôt les normes que les membres de l’équipe se sont fixées.

 

 

Designing brands that last de Ben Hulse

 

Lors de sa conférence, Ben Hulse de Hulse & Durrell, a partagé son expérience concernant le rebranding de plusieurs logos emblématiques dont celui de l’équipe olympique Canadienne, de Natation Canada, de Curling Canada ainsi que de Snowboard Canada.

Dans le cadre du mandat pour l’équipe olympique canadienne, l’objectif de l’organisation était de ne plus être seulement perçue comme un comité, mais comme une association d’athlète au brand fort et être en mesure de connecter plus facilement avec les Canadiens. Pour y arriver, Ben Hulse explique qu’ils ont d’abord pris le temps d’analyser l’évolution de la marque au fil des années pour y revenir dans sa plus simple expression. L’agence a donc condensé au maximum l’information pour en faire un logo simple, mais surtout qui dit tout. Pour voir le logo qui a été créé. Fait intéressant : sa simplicité permet aux gens à travers le monde de reconnaître facilement la marque. Selon un sondage réalisé, le logo de l’équipe olympique canadienne est celui qui est le plus facilement associé contrairement aux autres équipes olympiques.

À retenir : En design, il est important d’avoir du guts, c’est ce qui permet d’oser et de créer des design puissants et inspirants.

 

À l’année prochaine, pour le WAQ20!  D’ici là, lisez notre résumé de la 1re journée et le résumé de la 2e journée du WAQ19 et suivez-nous sur FacebookTwitter et Instagram!