2e journée du WAQ 2019 : résumé des conférences

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

La deuxième journée du Web à Québec 2019 est maintenant derrière nous. Toujours aussi intéressants, les conférenciers ont inspiré notre équipe! Voici le résumé des conférences auxquelles nous avons assisté, lors de la deuxième journée du WAQ19!

 

Expulsez Excel de votre vie : automatisez vos rapports avec R, Google Compute Engine et Google Data Studio de Jean-Philippe Allard

Durant la conférence, Jean Phillipe Allard a expliqué qu’automatiser les rapports est l’avenir. Il existe des solutions sur mesure (Google Data Studio, Geckboard), mais elles ne sont pas prédictives. Il mettait en lumière des modèles prédictifs avec R ou Python. C’est un investissement humain, car il faut travailler sur du codage. Toutefois, c’est une belle rentabilité sur le temps pour les équipes qui travaillent sur les rapports.

L’automatisation des rapports permet de se libérer pour créer de la valeur sur d’autres choses.

À retenir : si on n’automatise pas ses rapports, on va mourir! 😉

 

 

Gestion de la confidentialité : revue de l’année 2018 d’Arnaud Hamelin-Lachapelle

L’année 2018 en fut définitivement une charnière en ce qui concerne la gestion de la confidentialité! De Cambridge Analytica, en passant par le RGPD et les brèches Google+, plusieurs scandales ont forcé des entreprises à revoir leurs pratiques et à se conformer à des règlements plus stricts.

Même si les règlements canadiens et québécois sont moins rigides, les entreprises canadiennes doivent (ou devront) se conformer aux lois applicables dans les pays de leurs clients. Comment être prêts pour les changements prévus en 2020? Se préparer, revoir ses pratiques, accepter qu’il y ait plus d’amendes et se conformer. Et en 2030? S’adapter aux différents registres internationaux et se préparer à l’arrivée de pratiques très contraignantes.

La solution proposée par le conférencier? Privacy by design. Être proactif, promouvoir la confidentialité par défaut, avoir un service complet et utile, même sans collecte, intégrer la confidentialité à ses produits et services, assurer la sécurité des données, faire preuve de transparence et être centré sur l’utilisateur.

À retenir : l’objectif est de regagner la confiance des consommateurs.

 

International SEO de Aleyda Solis

 

Développer sa stratégie internationale de SEO, ça se planifie. C’est ce qu’est venu prouver Aleyda Solis, International SEO Consultant & Founder chez Orainti SL. La première étape dans votre stratégie de SEO international est d’analyser le trafic déjà existant sur votre site et de faire le point sur les pays qui génèrent du trafic sur votre site actuellement. Il sera plus facile de bâtir une stratégie de référencement dans un pays qui apporte déjà un trafic conséquent.

Comme dans toute stratégie SEO, il vous faudra étudier votre concurrence sur vos différents marchés. Ensuite, il est important d’anticiper l’achat de vos noms de domaines dans votre stratégie de référencement international. Vous souhaitez vous installer dans un pays en particulier et savez que c’est un projet à long terme? Ne laissez pas une chance de vous faire voler ce NDD, l’extension .com, .fr, .ca, etc, peut faire la différence.

Ensuite, adaptez vos contenus. Soyez attentifs aux différences de langage en fonction des pays ciblés, adaptez votre recherche de mots-clés et adaptez vos contenus à votre audience. Enfin, assurez-vous que vos visiteurs arrivent sur la bonne version de votre site, en fonction de leur provenance.

À retenir : l’importance d’adapter ses contenus aux internautes du pays à atteindre.

 

Préparer sa marque pour les assistants vocaux de Marie-Nathalie Poirier

 

Lors de sa conférence, Marie-Nathalie Poirier, Directrice de la stratégie, FCB Montréal, expliquait qu’il y a un retour à l’audio et au branding sonic en 2019. Le rôle des stratèges numériques est donc de travailler sa stratégie SEO et d’optimiser la recherche vocale (travailler sur des requêtes conversationnelles plutôt que sur la recherche de mots-clés). Ils doivent également optimiser les fiches Google my Business, encourager les avis utilisateurs et répondre aux commentaires.

Les six étapes pour préparer sa marque pour les assistants vocaux :

  • Définir votre interface utilisateur (UI) vocale.
  • Trouver la raison d’être de l’application
  • Définir les parcours utilisateurs.
  • Rédiger les scripts.
  • Le développement et l’analytique.
  • La promotion.

À retenir : Il ne faut pas négliger la recherche vocale, car plus de 20 % des recherches sur Google sont vocales.

 

Demain, ce sera déjà la dernière journée du WAQ19! D’ici là, lisez notre résumé de la 1re journée et suivez-nous sur FacebookTwitter et Instagram!